Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
CLINIQUE JURIDIQUE et MANAGERIALE "LM" ( Dr. Oswald KPENGLA-S. )

ECHANGES PLURIDISCIPLINAIRES

CORONA VIRUS

Publié le 17 Mars 2020 par Dr Oswald KPENGLA-S in PENSÉES DU JOUR

CORONA VIRUS

Africains mes frères, bonjour

Je suis, avec beaucoup d’attention, la pandémie dénommée corona virus qui défraye la chronique, et je m’impose le devoir, en tant que Pan-Africaniste, d’opiner pour éclairer et instruire.

Corona virus, dans sa caractéristique d’extranéité, remet à nouveau en cause, les notions de frontière, de souveraineté et simplement de territorialité. Corona virus révèle à nouveau que le monde est un village planétaire. Nos actions de prévention et de traitement doivent donc être concertées et intelligentes. Dès lors, la panique générale, la peur que certains Etats impriment à leurs citoyens, dans la nature des mesures de préventions qu’ils prennent nous interpellent tous, et moi en premier.

Devant le tumulte et le vacarme engendrés pas corona virus et l’affairement généralisant qui s’en suit, on est en droit de se poser la question suivante :
Le droit à l’information est-il synonyme d’une obligation de faire peur à nos citoyens ?
Anodine par sa forme, cette question est pourtant remplie d’intérêt dans les pays Africains, dans le contexte actuel.

Africains mes frères,

Alors que beaucoup d’entre nous, ne savent pas ce qu’est le corona virus,
Alors que les Africains de nos villes et de nos campagnes ne savent que peu les symptômes du mal, parce que certains Etats mettent plus de sous à faire peur qu’à informer,
Alors que la quasi-totalité des cas avérés concernent des personnes qui ont séjourné dans des pays tempérés et qui ont accédé à des pays africains, par les frontières aériennes, et qu’à ces frontières, il est aisé de savoir qui entre et qui sort,
Alors que dans nos pays, les conditions de circulation du virus sont limitées, mais qu’on ne les explique pas clairement,
Alors que le corona virus n’est pas un nouveau virus en réalité,
Alors surtout que personne ne nous parle de sa prévalence et du taux de prévalence, et que les experts de la santé de ces pays se concertent encore,

Certains Etats d’Afrique ont déjà pris des mesures presque ‘’draconiennes’’, suscitant la peur, la panique, le désarroi et le désenchantement de gens déjà affaiblis par la pauvreté, paralysant de facto les activités économiques en leur sein. Oui, certains pays ont choisi d’imposer la peur à leurs citoyens sans se préoccuper d’informer largement sur les simples méthodes de protection. Ils dépensent peu dans l’information des masses populaires vulnérables et se contentent simplement de prendre des mesures qui suscitent plus de crainte que d’espoir. La flambée des prix, les pénuries provoquées… Bref, déjà s’observent, ici et là, les prémices d’une désorganisation du marché.
Faut-il prescrire la crainte ou l’espoir ?
Humblement, non. Ces pays qui s’affolent et affolent les leur n’en ont pas besoin.
Je voudrais donc ici, inviter chacun et tous au calme et à la vulgarisation des mesures de prévention.
Je voudrais surtout encourager les Etats qui sont restés sereins mais efficaces au regard des mesures qu’ils prennent, pour endiguer le mal, donnant à leurs citoyens l’espoir que celui-ci sera vaincu.
Je voudrais aussi inviter les citoyens des pays Africains, qui ferment déjà tout dans la brutalité, à rester sereins et à observer les mesures de sécurité idoines. Cela va de l’intérêt de chacun et de tous les citoyens du monde. Car s’il est possible de fermer un supermarché, une classe, il est délicat d’obtenir la fermeture d’un marché ‘’vu à l’africaine’’, de restreindre la vie dans nos villes, campagnes, villages, faubourgs et bidonvilles…africains.
Je voudrais enfin dire toute ma compassion aux citoyens de tous les pays du monde entier, surtout à ceux des pays très touchés.

Le monde a connu des pandémies plus graves et plus dévastatrices et s’en est sorti.
En ces heures dures, où les enjeux politiques, économiques et sanitaires se querellent, le calme, la circonspection, la prudence et l’amour du prochain, dans l’observation scrupuleuse des mesures de sécurité, sont les seules recommandations utiles.
Africains mes Frères, soyons unis et nous vaincrons ce mal.
Citoyens du monde soyons unis !

Du courage

Dr Oswald KPENGLA-S., le Pan-Africaniste.

Commenter cet article

Zerbo 14/05/2020 16:24

Bonjour chers docteur je suis depuis un certain temps vos oeuvres et je n'ai jamais été deçu. je tiens simplement à vous remercier de ce geste car il est très noble!
Nos dirigeants ne nous disent pas la vérité et ont décider de nous faire peur mais grâce à ce genre de discours je suis persuadé que nous viendrons à bout de ce virus. Merci encore!

Etudiant juriste.